Partager sur

IMMO NEWS


Publié le 31 mars 2022

Retards et hausses des prix sur les chantiers immobiliers

Dans ce reportage dans l’est de la France sur un chantier de construction de maison, le délai de livraison des fenêtres passe de 5 à 12 semaines. Les délais d’attente pour les matériaux de construction (robinetterie, carrelage, mais aussi bois, acier et aluminium) s’allongent. La guerre en Ukraine (où des usines ont fermé) accentue à la fois les pénuries et la flambée des prix des matériaux commencées avec la pandémie.

Annonces de location : les nouvelles règles arrivent

À partir du 1er avril, les annonces de location des professionnels changent. Dans les zones tendues, c’est-à-dire les zones concernées par l’encadrement des loyers, elles devront mentionner le loyer maximum permis par la législation. Les annonces devront ainsi contenir le loyer de référence, et le loyer majoré (+20 % du loyer de référence). Ce dernier est le maximum autorisé, sauf à rajouter un complément de loyer en raison de caractéristiques exceptionnelles de localisation ou de confort. La mesure s'applique à Paris ainsi qu'à 18 communes du Grand Paris, Lille, Hellemmes, Lomme, Lyon et Villeurbanne et bientôt Bordeaux et Montpellier. Ce sont les annonces de professionnels qui sont concernées en premier lieu, les annonces de particuliers suivront, elles, avant l’été.

6 m² en moins dans les grandes villes en 5 ans

Les Français des 11 plus grandes villes de France ont perdu en pouvoir d’achat immobilier durant les 5 dernières années. Avec un revenu médian, on pouvait acheter à Toulouse, Rennes, Marseille et Nantes, 40 m² en 2017 contre 37 m² en 2022, selon une étude récente. C’est à Rennes (-14 m²), Nantes et Strasbourg (- 9 m²), que la perte de pouvoir d’achat est la plus importante. Paris a étonnement mieux résisté, avec « seulement » - 1 m². Les raisons seraient à chercher du côté d’une hausse modérée des prix dans la capitale et d’une hausse des revenus plus forte qu’ailleurs.

Discriminations à la location : ça baisse trèès lentement

3 ans après la précédente, la nouvelle campagne de testing de SOS Racisme a montré que 48,5 % des agences immobilières (contre 51 % en 2019) cèdent toujours aux demandes discriminatoires des bailleurs au moment de sélectionner les locataires. Alors même qu’elles rempliraient toutes les conditions de solvabilité, les personnes d’origine maghrébine ou subsaharienne ont ainsi une chance sur deux de contacter une agence qui accepterait de pratiquer ou de laisser pratiquer une discrimination à leur endroit selon l’étude.

Laissons laissons entrer le soleil

Y a-t-il une meilleure exposition pour un logement ? Tout dépend de ce qu’on recherche. Une bonne exposition permet de profiter de la chaleur du soleil et de se protéger des vents froids, avec à la clé des économies de chauffage. Mais attention à la surchauffe en été ! Au nord, les ouvertures seront idéalement petites, on peut y placer l’entrée, le garage, la cuisine ou la salle de bain. L’exposition à l’est est idéale pour les chambres, avec du soleil le matin et pas trop de chaleur l’été. À l’ouest, il est intéressant de placer de grandes ouvertures et le séjour ou la terrasse, pour profiter de la lumière. Pour se protéger de la chaleur, pensez aux vitrages isolants et aux volets. Au sud, les pièces à vivre profitent de conditions de lumière et de chaleur idéales, à condition de bien les isoler de la chaleur en été.

De moins en moins d’acquéreurs étrangers en France

La part d’acquéreurs étrangers non-résidents en 2020 est la plus faible depuis 2010, soit 1,3 % des transactions (contre 1,7 % en 2010), selon une étude des notaires. Les grèves, les gilets jaunes et le covid sont en tête des repoussoirs pour les étrangers, conjugués à des difficultés locales (hausse de la livre pour les Anglais, fiscalité plus lourde pour les Italiens, etc.). Les Britanniques et les Belges sont les plus représentés. Et le département le plus demandé est non pas le sud-est, mais la Creuse ! S’ils achètent moins, les étrangers achètent en revanche de plus en plus grand : + 18 m² en 10 ans. Ils préfèrent acheter plus loin des centres-villes mais dans des biens plus grands et pourvus d’un espace extérieur.

Transformer un local commercial en logement

Il est possible de transformer un local commercial en logement et cela entraîne plusieurs démarches. D’abord demander un permis de construire, s’il faut modifier la façade. Sinon une déclaration préalable de travaux suffit, son délai d’instruction étant d’un mois. Il faut aussi vérifier si le changement est autorisé par le règlement de copropriété. Cadeau bonus, dans les villes de plus de 200 000 habitants, la vente de la commercialité du local à quelqu’un cherchant à faire l’inverse, c’est-à-dire à transformer un logement en local commercial, peut être une bonne affaire qui rapporte jusqu’à 2000 ou 4000 euros/m² dans certains arrondissements de Paris.

Bonne journée et à la semaine prochaine pour une nouvelle revue de l’immobilier !

Marie de Superimmo.com

Superimmo.com

 

Se connecter

Nos partenaires

Ils nous ont fait confiance